Tags

Articles Similaires

Partager Sur

Poeme mariage : Les plus beaux poèmes pour démontrer votre amour

Qu’est-ce qu’un poème de mariage ?

Les poèmes de vœux de mariage sont des mots qui s’enchaînent pour exprimer le romantisme et la réalité du mariage. Ce sont des sentiments et des expériences mis ensemble. Retrouvez d’autres informations en cliquant ici.

Poèmes de mariage classiques par des maîtres de mots célèbres

De plus, ces poèmes classiques de bénédiction de mariage sont intemporels et écrits par les grands de l’art de la parole. Et nous aimons ces poèmes d’amour romantiques pour elle ou lui parce qu’ils ne vieillissent jamais. Ainsi, les poèmes célèbres de Pablo Neruda sont parfaits pour n’importe quel mariage.

Sonnet 116 de William Shakespeare

N’apportons pas d’entraves au mariage de nos âmes loyales. Ce n’est pas de l’amour que l’amour qui change quand il voit un changement, et qui répond toujours à un pas en arrière par un pas en arrière.

Oh ! non ! l’amour est un fanal permanent qui regarde les tempêtes sans être ébranlé par elles ; c’est l’étoile brillant pour toute barque errante, dont la valeur est inconnue de celui même qui en consulte la hauteur.

L’amour n’est pas le jouet du Temps, bien que les lèvres et les joues roses soient dans le cercle de sa faux recourbée ; l’amour ne change pas avec les heures et les semaines éphémères, mais il reste immuable jusqu’au jour du jugement.

Si ma vie dément jamais ce que je dis là, je n’ai jamais écrit, je n’ai jamais aimé.

« Je serai là pour vous » par Louise Cuddon

Je serai là, mon chéri, à travers vents et marées

Quand l’esprit est en désordre et que la tête vous tourne

Lorsque votre avion a été retardé et que vous avez manqué le dernier train.

Quand la vie menace de vous rendre fou

Quand votre passionnant roman policier a perdu sa dernière page

Quand on vous le dit, vous faites votre âge

Quand votre café est trop frais et votre vin trop chaud

Quand la météo dit « Bien », mais que vous êtes en pleine tempête

Quand votre hôtel de vacances se transforme en bidonville

Et vos photos de vacances ne montrent que votre pouce

Lorsque vous vous garez pendant cinq minutes dans la baie d’un résident

Et revenir pour découvrir que vous avez été emmené

Quand le jean que vous avez acheté dans l’espoir ou dans la précipitation

Restez sur les hanches et ne faites pas le tour de votre taille

Quand la nourriture que vous aimez le plus vous donne des rougeurs

Quand, dès que vous démarrez, la chose sanglante s’écrase

Alors, ma chérie, mon chéri, mon cher…

Lorsque vous enfreignez une règle, lorsque vous faites l’idiot

Quand vous avez la grippe, quand vous êtes dans un ragoût

Lorsque vous êtes le dernier dans la file d’attente, ne vous sentez pas déprimé parce que

Je vous le dis, je serai là.

« Un passage de la mandoline du capitaine Corelli » par Louis de Bernières

« L’amour est une folie passagère, il entre en éruption comme un volcan et se calme ensuite. Et quand il se calme, il faut prendre une décision. Il faut voir si vos racines se sont entremêlées à tel point qu’il est inconcevable de vous séparer. Parce que c’est ça, l’amour. L’amour, ce n’est pas la respiration coupée, ce n’est pas l’excitation, ce n’est pas l’échange de promesses d’une passion éternelle, ce n’est pas le désir de s’accoupler à chaque minute de la journée, ce n’est pas rester éveillée la nuit en t’imaginant qu’il embrasse chaque recoin de ton corps. Non, ne rougis pas, je te dis certaines vérités. Ça, c’est simplement être « amoureux », ce qui est à la portée du premier imbécile venu. L’amour vrai, c’est ce qui reste quand on a cessé d’être amoureux et c’est à la fois un art et un heureux accident. Ta mère et moi l’avons eu, nous avions des racines qui ont poussé les unes vers les autres sous la terre et quand toutes les jolies fleurs sont tombées de nos branches, nous avons compris que nous étions un seul arbre et non deux. Mais parfois les pétales tombent sans que les racines se soient mêlées. Imagine si tu renonçais à ta maison et à ton pays pour découvrir au bout de six mois, un an, trois ans que les arbres n’avaient pas de racines et qu’ils sont tombés. Imagine la désolation. Imagine l’emprisonnement. »

Le portrait d’une femme » par Henry James

« Cela m’a permis de mieux t’aimer… cela m’a rendu plus sage, et plus facile, et – je ne prétendrai pas le nier – plus brillant, plus gentil et encore plus fort. Avant, je voulais beaucoup de choses et j’étais en colère de ne pas les avoir. Théoriquement, j’étais satisfait, comme je vous l’ai dit un jour. Je me flattais d’avoir limité mes désirs. Mais j’étais sujet à l’irritation ; j’avais des crises de faim morbides, stériles, haineuses, de désir. Maintenant, je suis vraiment satisfait, parce que je ne peux rien trouver de mieux ».

Sonnet XVII ( Pablo Neruda , La Centaine d’amour )

Je ne t’aime pas comme rose de sel, ni topaze
Ni comme flèche d’oeillets propageant le feu:
Je t’aime comme l’on aime certaines choses obscures,
De façon secrète, entre l’ombre et l’âme.

Je t’aime comme la plante qui ne fleurit pas
Et porte en soi, cachée, la lumière de ces fleurs,
Et grâce à ton amour dans mon corps vit l’arôme
Obscur et concentré montant de la terre.

Je t’aime sans savoir comment, ni quand, ni d’où,
Je t’aime directement sans problèmes ni orgueil:
Je t’aime ainsi car je ne sais aimer autrement,

Si ce n’est de cette façon sans être ni toi ni moi,
Aussi près que ta main sur ma poitrine est la mienne,
Aussi près que tes yeux se ferment sur mon rêve.