Tags

Articles Similaires

Partager Sur

Gateau de mariage : Les meilleures saveurs des dernières décennies

Au cours du siècle dernier, les mariages ont connu de nombreux changements. Il suffit de voir l’évolution des styles de robes de mariée (je connais une fête de mariage qui portait des chapeaux de cow-boy … c’était dans les années 80), des bagues de fiançailles et de mariage (les bagues pour hommes n’étaient pas très répandues avant la Seconde Guerre mondiale, lorsque les soldats ont commencé à les porter pour se rappeler leur famille au pays) et même des vœux (selon un récent sondage, 67 % des hommes pensent que les mariées devraient laisser tomber le mot « obéir » de leurs vœux).

Mais lorsqu’il s’agit de leurs gâteaux de mariage, les couples ont été assez fermes dans leur engagement envers une formule classique : à trois étages et à la vanille.

Gâteau de mariage à la vanille

Dans une enquête menée auprès de couples qui se sont mariés entre 1960 et 2019, les trois saveurs de gâteaux de mariage les plus populaires pour chaque décennie sont la vanille, suivie du jaune et du chocolat.

1960s

À partir des années 1960, le gâteau le plus populaire était à la vanille (37,5 %), fabriqué localement (94 %), à trois étages (65 %) et à moins de 100 € (56 %). Il est intéressant de noter que les années 60 ressemblent à la décennie des plus grands gâteaux : plus de 23 % des couples avaient quatre étages ou plus, dont 3 % avaient un énorme sept étages. De plus, 2 % des couples ont fait un pas de géant en abandonnant la tradition et en optant pour des funfetti comme saveur de gâteau.

1970s

Dans les années 1970, la vanille était encore plus populaire (45 %), suivie du jaune (18 %), bien qu’à cette époque, environ 60 % des couples payaient plus de 100 € pour leurs gâteaux, dont près de 2 % qui payaient 1 000 € (soit environ 6 500 € en valeur actuelle). Plus de 77 % des couples ont choisi un gâteau de mariage à plusieurs étages, dont 72 % ont choisi le gâteau classique à trois étages. Seuls 36 % des mariages proposaient des desserts autres que le gâteau à ce stade, mais les biscuits étaient le choix le plus populaire, et resteraient le dessert non gâteau préféré jusqu’en 2009 au moins, l’année du cupcake.

1980s

Dans les années 1980, bien que près de la moitié des couples aient opté pour la vanille (48 %), suivie du jaune (15 %) et du chocolat (13 %), plus d’un tiers (35 %) ont commencé à incorporer des saveurs multiples dans leurs gâteaux. 81 % des couples ont opté pour un gâteau à plusieurs étages, dont plus de 10 % pour un gâteau à quatre étages ou plus.

1990s

Bien que vous puissiez deviner les trois saveurs principales pour la décennie suivante (salut, toujours la vanille, le jaune et le chocolat), c’est dans les années 90 que l’aiguille a commencé à se déplacer, ne serait-ce qu’un peu, vers des saveurs de gâteaux non conventionnelles comme les épices, la nourriture des anges et la banane (toutes à un pour cent), la fraise (deux pour cent) et le velours rouge (trois pour cent). À cette époque, plus d’un quart (26 %) des couples avaient un gâteau de mariage à un étage.

2000s

Enfin, dans les années 2000, la trinité des gâteaux a changé : le chocolat est passé à la deuxième place (17 %) après la vanille (40 %) ; le velours rouge a pris la troisième place (11 %), reléguant le gâteau jaune à la quatrième place (9 %). Ailleurs sur la table des desserts, les biscuits (44 %) et les petits gâteaux (31 %) complètent la carte des desserts pour les 40 % de couples qui proposent autre chose que du gâteau.

2010s

Cela nous amène à la décennie actuelle, où les trois premiers parfums sont toujours la vanille (26 %), le chocolat (20 %) et le velours rouge (14 %). Dans le paysage moderne des mariages, le gâteau jaune, qui occupait autrefois la troisième place, est aussi demandé que la fraise (5 %), tandis que 3 % des répondants ont choisi la noix de coco ou « un autre fruit ».

Si plus de la moitié des couples choisissent encore un seul parfum de gâteau, 45 % en choisissent plusieurs. Les années 2010 sont également devenues le point de basculement des desserts autres que les gâteaux, puisque plus de la moitié des mariages (52 %) de cette décennie comprenaient des petits gâteaux (53 %), des biscuits (36 %), des glaces (26 %), et plus encore.

Quoi d’autre ? D’après ces données, si vous planifiez ou assistez à un mariage avant la fin de la décennie, il y a environ 2 % de chances que le gâteau coûte plus de 1 000 euros et environ 1 % de chances que vous goûtiez à un parfum comme la banane, le colibri ou le citron.